Home WRITING MACHINEBILAN Bilan 2017 & projets à venir

Bilan 2017 & projets à venir

par shad

Faire un bilan de l’année passée, c’est c’est un peu comme quand au volant, on regarde dans son rétroviseur pour contempler le chemin parcouru sous un angle totalement différent. Quand vient le moment de faire cette rétrospective de l’année passée, c’est généralement l’occasion de constater que (certains) efforts et changements ont porté leurs fruits et que chaque jour passé m’a permis de grandir. C’est un exercice qui m’est cher parce qu’il nécessite d’avoir un certain recul – sur les événements, sur soi-même. C’est parti pour un rapide bilan de 2017 et pour un coup d’oeil sur les projets 2018 !

2017 a été pour moi une année un peu charnière à tous les niveaux. C’est l’année où j’ai décidé de changer de job après déjà plusieurs interrogations fin 2016 sur le sens de mon travail au quotidien. C’est également une année synonyme de cartons et de déménagement, puisque j’ai du quitter l’Alsace pour me réinstaller plus près de la région parisienne, où je travaille à présent.

Les semaines étaient plutôt tranquilles, rythmées par le travail, par le sport et par quelques habitudes de pantouflarde (osons dire les choses) le soir juste avant de me coucher – petite séance de yoga, environ 1h de lecture, un peu de cuisine et larvage devant un film ou une série jusqu’à l’heure du coucher. Les fins de semaine, quant à elles, étaient chargées et plutôt dynamiques ! Cependant, lorsque j’avais un long week-end ou un jour de congé, j’en profitais pour explorer au maximum ma région d’adoption et pour découvrir sa riche tradition gastronomique. Ainsi, après avoir arpenté les chemins de randonnée autour de Kaysersberg et Colmar, les forêts du Tsungo et du Grand Ried, les abords du Lac Blanc, les châteaux en haut de collines escarpées, c’est un peu plus de 6.000 photos de cette belle région que j’ai ramené dans mes cartons !

Côté voyages / vacances, 2017 a été relativement calme. Difficile en effet de faire entrer dans un budget des vadrouilles dans la région et dans les pays limitrophes chaque weekend avec de gros voyages… 2018 réserve peut-être pas mal de surprise à ce niveau, car j’ai beaucoup de projets de voyage en tête !

Côté bouffe, les occasions étaient également nombreuses pour aller de nouvelle saveur en nouvelle saveur à un rythme effréné: Lamala, Manala, Fleischnacka et plats copieux en tous genres son rapidement entrés dans mon quotidien et dans mon alimentation – le sport forcé aussi, pour éliminer tout ça ! 😉

Côté pro, si l’année avait plutôt bien commencé, l’épanouissement ressenti sur le poste a fini par s’étioler à la fin du printemps 2017. Je bossais sur les réseaux sociaux, deux secteurs en perpétuelle mutation qui me plaisait mais avec lequel je me sentais de moins en moins en phase. Je ne travaillais d’ailleurs plus vraiment en production de contenu et animation de communauté mais plus uniquement qu’en service client, ce qui consistait à écouter des clients se plaindre sur tous les réseaux et parfois même au téléphone (l’angoisse était TOTALE…). Clairement, ou on a la fibre pour supporter ça et on s’éclate en service client, ou on ne l’a pas, mais clairement, j’en étais dépourvue. Une seconde casquette en gestion de projet m’a apporté une bouffée d’air frais, m’amenant chaque jour un peu plus loin du Community management, qui commençait vraiment à devenir déprimant à tous les niveaux (on reparlera de la réalité de ce métier très rapidement).

La réalité du travail de Community manager étant ce qu’elle est (on s’en reparlera dans un article sur le sujet), j’ai du me poser pas mal de questions pour savoir ce que j’avais vraiment envie de faire et ce vers quoi j’avais envie d’aller. Est-ce que j’avais envie de m’enfoncer dans la production de snack content (VS le contenu de qualité, qui distingue positivement la marque dans l’esprit du consommateur), la course aux likes (coucou les posts putaclick) et le cirage de pompes d’influenceurs ? Clairement: NON. J’ai sauté dans le vide sans filet et quitté mon poste de Community manager pour devenir Chef de projet web à temps plein.

Côté perso, ça a été aussi un peu compliqué sur certaines périodes du fait de l’éloignement géographique. J’ai la chance d’avoir une famille et des ami(e)s en or qui ne m’ont pas oubliée malgré les 560km et plus qui nous séparaient, avec mention spéciale pour ceux/celles qui se sont aventuré(e)s jusqu’à la gare de Mulhouse. Changez rien, vous êtes au top ! 💗 J’ai également du quitter l’Alsace (et les copaings, snif…) un peu à contrecœur à la mi-octobre 2017 pour me réinstaller en Picardie, à deux pas de la région parisienne.

Et depuis ? J’ai de nouveau envie de me lever le matin pour aller travailler et j’ai une certaine quantité de projets en tête, autant dire que je ne regrette absolument pas ce changement grâce à la nouvelle direction que j’ai donné à ma vie et grâce aux personnes formidables qui m’entourent ! Pour faire simple, je ne regrette rien et – bonus non négligeable – j’apprends chaque jour énormément de choses que je voudrais prendre le temps de mettre en pratique pour Cafarnaum !

Côté Cafarnaum justement, c’est une nouvelle aventure et un redémarrage en douceur. Le design autant que le concept ont changé et de fait, ce ne sont pas les sujets à aborder qui manquent ! J’essaie pour l’instant de trouver mon rythme, tout doucement, sans pression et sans m’imposer des objectifs irréalisables. A mon sens, mieux vaut mieux poster, mais poster de la qualité (sans prétention aucune).

You may also like

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.